Résultats des ventes aux enchères d'Objets d'art par Gazette-art.com Gazette-art.com, ventes aux enchères Gazette-art.com, auction results
-Votre email -Mot de passe Besoin d'aide ?
Newsletter
Les résultats de ventes aux enchères de Sculptures en bronzes triés par prix croissant.

CHINE - Epoque MING (1368 - 1644) Partie d'une vasque en bronze doré et émaux cloisonnés à décor de phénix parmi les lotus sur fond bleu foncé. Monture en bronze doré postérieure à décor de frises de grecques et trois pieds en forme de têtes d'éléphants. Les deux anses en forme de dragons stylisés supportant des anneaux de facture européenne. L'intérieur en bronze doré. Au revers de la base, la marque apocryphe Da Ming Jingtai Nian zhi. H.: 16 cm. L.: 27 cm
Augustin CARDENAS (1927-2001)<br>Femme de profil<br>(Mujer de Perfil), 1976<br>Bronze à patine dorée, sculpture signée et numérotée 3/6. Fonderie Tesconi, Pietrasanta. Socle<br>en marbre<br>Haut : 50 cm (socle inclus)<br><br>Provenance : Collection particulière, Espagne<br>Cette œuvre a été authentifiée par Monsieur André Cardenas<br><br><br>
<p>Statuette de bouddha en bronze à patine brune assis en padmasana, les mains en dhyana mudra (geste de l'équilibre absolu). <br /> Tibet, Xe siècle ou postérieur <br /> Hauteur : 18 cm  </p>
<br>Miguel Ortiz BERROCAL <br>
(Villanueva de Algaidas Espagne 1933 - Antequera 2006) <br><br>
 

TORSO BENUMEA, 1961  <br>

Bronze à patine brune  <br>
Signé et daté à la base  <br>
Tirage à 6 exemplaires <br>
94 x 63 x 34 cm (37 x 283/4 x 131/4 in.)<br><br>

Bibliographie : <br>
- « La sculpture de Berrocal » par Giuseppe Marchiori
Reproduit sous le n°36 en page 46 Editions La Connaissance, 1973, Bruxelles.<br><br>
<b>ARMAN </b> (Armand Pierre FERNANDEZ, dit) <br>(Nice 1928 - New York 2005) <br><br>VENUS AUX TUBES DE COULEURS, 1998<br>Bronze à patine brune et tubes de couleurs<br>Signé et annoté EA 4/4 à la base<br>Bocquel fondeur<br>8 Exemplaires + 4 EA<br>71,8 x 20,5 x 21,1 cm<br><br>Un certificat de Madame Denyse Durand Ruel sera remis à l acquéreur<br><br>Cette oeuvre est répertoriée dans les archives de Madame Durand-Ruel sous le numéro 6140
 <br>Demeter H. CHIPARUS (1886-1947) <BR><BR>Vested Dancer, grand modèle <BR>Sculpture chryséléphantine. <BR>Bronze à triple patine, dorée, brune et verde antico. <BR>Mains et visage en ivoire très finement sculpté. <BR>Socle d’origine en onyx. <BR>Epreuve d’édition ancienne, vers 1925. <BR>Légers fendillements sur le visage et un infime éclat, dans l’épaisseur de l’ongle, sur la main gauche et altérations aux patines.<BR>Signée D. CHIPARUS à la pointe sur la terrasse. Hauteur totale : 54,5 cm <BR>Hauteur sujet seul : 44 cm<BR>Provenance :<BR>Succession C., Bois-Colombes, France.<BR>Bibliographie : <BR>« Chiparus, Master of Art Deco » Alberto Shayo. Abbeville Press, New York, 1993. Modèle identique reproduit page 111<BR>« Art Déco and other Figures » Bryan Catley. Éditions Antique Collectors’ Club, England, 1978. Modèle identique reproduit page 73.<br><br>
<br>Cheval cabré en bronze ciselé et patiné.<br> Il présente un harnachement de tête.<br>La crinière partiellement taillée. Fin du XVIIIe siècle (Quelques usures de patine)<br>Hauteur : 44 cm (17 3/8 in.), Largeur : 53 cm (20 7/8 in.), Profondeur : 19 cm (7 1/2 in.)<br><br>Ce modèle de cheval se cabrant sur ses pattes arrières s inspire librement de certaines statues équestres érigées entre le XVe et le XVIIIe siècles dans toute l Europe pour magnifier le pouvoir de certains rois, princes et hommes de guerre.<br>Les statues équestres connurent un tel engouement que, peu après leur mise en place, des reproductions de petites dimensions étaient réalisées et vendues à quelques collectionneurs désireux d orner leurs galeries et cabinets de curiosités.<br>C est dans ce contexte que se développa la statuaire animale en bronze qui connut un immense succès et qui fit l orgueil de certains amateurs d art français et italien.<br>Le cheval présenté s inscrit dans cette longue tradition artistique et peut être comparé à un exemplaire de modèle identique, en bronze patiné partiellement argenté, passé en vente chez Christie s, à Londres, le 6 juillet 2006, lot 133.<br><br>
<br>Philippe HIQUILY <br>(Paris 1925 - Villejuif 2013) <br> <br>YOUP LA BOOM, 1990<br>Bronze à patine verte<br>Epreuve d artiste signée et numérotée 2/2<br>Bocquel Fondeur<br>Hauteur : 112 cm (44 in.)<br><br>Provenance :<br>- Galerie Patrice Trigano, Paris<br><br>
<br><b>ARMAN </b> (Armand Pierre FERNANDEZ, dit) <br>(Nice 1928 - New York 2005) <br><br>

Hommage à Picasso, 1987 <br>

Bronze à patine noire, <br>sculpture signée et numérotée 7/8, <br>d\ une édition à 8 exemplaires + 4 AP <br>
Œuvre accidentée (extrémité de la main droite désoudée) <br>
117 x 55 x 50 cm <br><br>

Provenance : <br> -
Collection particulière, Paris <br><br>
Cette œuvre est répertoriée sous le n° APA # 8309.87.001 dans les archives Arman à New York <br><br>
In collaboration with Corice Canton Arman, executrix, Armand P. Arman Succession, Certificat N.407889 <br><br>

Lots 161A 0 161K : vente sur saisie à la requête du Trésor Public.<br>
Règlement au comptant.<br>
Frais légaux en sus des enchères : 14,36 % <br><br>
<br><b>ARMAN </b> (Armand Pierre FERNANDEZ, dit) <br>(Nice 1928 - New York 2005) <br><br>

L\ Heure Musicale, 1989 <br>

Bronze à patine dorée et cadrans d\ horloge, <br>sculpture signée et numérotée 1/8 d\ une édition totale à 8 exemplaires + 4 EA. <br>Bocquel Fondeur <br>
64 x 30 x 19 cm <br><br>

Provenance : <br> -
Collection particulière, Paris <br><br>
Cette œuvre est répertoriée sous le n° 4973 dans les archives de Madame Denyse Durand-Ruel <br><br>
Cette œuvre est répertoriée sous le n° APA # 8309.89.007 dans les archives Arman à New York <br><br>
In collaboration with Corice Canton Arman, executrix, Armand P. Arman Succession, Certificat N.407889 <br><br>

Lots 161A 0 161K : vente sur saisie à la requête du Trésor Public.<br>
Règlement au comptant.<br>
Frais légaux en sus des enchères : 14,36 % <br><br>
Giovanni da BOLOGNA, dit Jean BOULOGNE (ca. 1529-1608) (D'après) Vénus après le Bain Debout, le pied gauche posé sur une colonne, elle presse une étoffe sur son sein et en retient une autre serrée entre ses cuisses. Epreuve en bronze à patine médaille, sur un socle en marbre brèche. Haut : 24 cm
<br>François POMPON <br>(Saulieu 9 mai 1855 - Paris 6 mai 1933)<br><br>

L\ ours blanc marchant <br>
Sculpture en bronze à patine noire.  <br>
Fonte posthume réalisée à cire perdue à la Fonderie C. Valsuani. <br>
Signé Pompon sur sa patte arrière gauche  <br>et cachet du Fondeur au dos de la patte arrière.  <br>
H : 24,7 cm, L : 46 cm <br><br>

Un certificat de Monsieur Jocelyn Reboul <br>sera remis à l\ acquéreur.  <br><br>

Bibliographie : <br>Chevillot, Colas, Pingeot, 1994, numéro 122C <br>
Pompon, BRAME et LORENCEAU, Retrospective François Pompon, 1855 - 1933, modèle reproduit n° 85. <br>
René ICHÉ (1897-1956) Contrefleur, 1933.Epreuve originale en bronze patine verte  n° 2/8..Fonte  Blanchet- Landowski, Paris..141 x 37 x 30 cm.
 Statuette en bronze ciselé et patiné: Antinoüs du Belvédère Vers 1800 - 1820. H: 53 - L: 17 cm Provenance: Ancienne collection du Sénateur Bouctot, acquis par lui à la fin du XIXème siècle; transmis depuis lors par descendance. Réduction en bronze de l'Antinoüs du Belvédère: La sculpture que nous présentons est une réduction en bronze de l'un des marbres antiques les plus admirés du XVIème au XIXème siècle: l'Antinoüs du Belvédère, également appelé l'Admirable ou le Lantin. Mentionnée pour la première fois en 1543 lorsque le pape paya 1000 ducats à la famille Palis pour son acquisition, la statue fut placée dans les jardins du Belvédère. Elle y resta jusqu'en 1797, date à laquelle elle fut cédée aux français selon le traité de Tolentino. Son séjour parisien fut toutefois de courte durée puisque, exposée de 1800 à 1815 au musée central des Arts, elle retourna à Rome en janvier 1816 et reprit sa place au Belvédère. Elle appartient de nos jours aux collections du Musée du Vatican à Rome (illustrée dans F. Haskell et N. Penny, Pour l'amour de l'antique, La statuaire gréco-romaine et le goût européen 1500- 1900, Paris, 1988, p.167, catalogue n°74). Dès son apparition dans les collections papales, la statue connut un immense succès; en 1545, le Primatice en fit un moulage destiné aux collections de François Ier; quelques années plus tard, un moulage en bronze fut exécuté pour Charles Ier d'Angleterre, tandis que des copies, en marbre et en bronze, furent réalisées pour le château de Versailles. Les amateurs parisiens du XVIIIème siècle furent également particulièrement réceptifs à l'Antinoüs jugé comme « une des plus parfaites statues qui nous soient parvenues de l'Antiquité » et commandèrent à des sculpteurs français, ou firent l'acquisition en Italie, de réductions plus ou moins abouties de la statue. C'est dans ce contexte que fut réalisée la sculpture proposée qui devait certainement orner le cabinet de l'un des amateurs du temps qui possédait une réduction du Lantin; citons notamment les puissants comte d'Orsay, Bonnier de la Mosson, Randon de Boisset et Crozat.
 Rare paire de cache-pot, de forme cylindrique, en bronze ciselé et doré, orné à la base d'une corolle de feuilles d'eau, lancéolées, soulignées de feuilles d'acanthe; puis montant au niveau de la panse des accolades composées de guirlandes de fleurs et de fruits, suspendues à des noeuds de ruban, sur un fond patiné. Large bandeau à motifs d'entrelacs de forme oblongue, flanqué de deux boutons. Bases à piédouche à motifs de feuilles d'acanthe, d'entrelacs et de perles, supportées par une base hexagonale à pans coupés en bronze doré et uni. Fin du XVIIIème siècle H: 25,50 - D: 19 cm PROVENANCE: Paris, grand salon de l'hôtel Masseran. L'HOTEL MASSERAN Situé au n° 11 de la rue Masseran, à proximité des Invalides, l'hôtel du même nom a été édifié en 1787 pour Carlo Sebastiano Ferrero Fieschi (1760-1826), prince Masserano, par l'architecte Alexandre-Théodore Brongniart (1739-1813), l'auteur du palais de la Bourse, qui résidait à deux pas, sur le boulevard des Invalides, et était de surcroît le propriétaire des terrains sur lesquels fut bâti l'hôtel. Grand d'Espagne, membre de l'illustre maison gênoise des Fieschi, Carlo Sebastiano était le fils de Vittorio Filippo Ferrero Fieschi (1713-1777), prince Masserano, et de la princesse née Charlotte Louise de Rohan (1722-1786), fille du duc de Montbazon. Il avait épousé en 1776 Adélaïde Augustine Joachime de Béthune (1756-1790), petite-fille du richissime financier Louis Antoine Crozat. Du côté maternel, le prince descendait de Charles-Emmanuel II de Savoie et était également cousin du roi Louis XVI. En 1836, la demeure fut acquise par un banquier parisien d'origine belge Louis François-Xavier de Clercq. Ce dernier mourut en 1838. Sa femme, née Henriette Crombez-Lefebvre, résida rarement rue Masseran, préférant sa résidence d'Oignies. Un grand salon de style Louis XVI fut cependant créé au cours de la seconde moitié du XIXème siècle, dans un style si pur qu'on l'a longtemps considéré comme une création originale de Brongniart. Après la mort de Mme de Clercq en 1878, l'hôtel passa à sa fille, Berthe Céline Françoise Marie, comtesse de Boisgelin par son mariage avec Alexandre Marie de Boisgelin, puis à leur gendre, le comte Karl Jacques Marie Théodore Bonnin de La Bonninière de Beaumont (1852-1913), époux d'Henriette Marie Berthe de Boisgelin (1856-1925). Arbitre des élégances et des mondanités pendant près d'un demi-siècle, leur fils aîné, le comte Étienne de Beaumont (1883-1956), ami de Cocteau, mécène des ballets russes de Serge de Diaghilev, de Braque et de Picasso, y donna des fêtes célèbres. Après sa mort, l'hôtel fut acquis par le baron Élie de Rothschild (1917-2007) et la baronne, née Liliane Fould-Springer (1916-2003). Ceux-ci firent remonter dans le salon dit « Boffrand », un ensemble de boiseries exécutées par les sculpteurs Taupin, Le Goupil et Desgoulons entre 1720 et 1723 pour l'hôtel de la comtesse de Parabère, situé au n° 22 place Vendôme, et qui appartenaient au baron Fould-Springer, père de la baronne Liliane
<b>CÉSAR </b>  (César BALDACCINI, dit) <br>(Marseille 1921 - Paris 1998)<br><br> Plaque Tesconi, 1958 Bronze à patine brune, signé et numéroté 1/8 sur la terrasse 81 x 52 x 23 cm Cette oeuvre est répertoriée dans les archives de Madame Denyse Durand Ruel sous le numéro 434.Catalogue raisonné 1947-1964, Vol. I, par Denyse Durand-Ruel, Ed de la Différence, 1994, n° 235 AC
ETIENNE-MARTIN (Loriol Drôme 1913 - Paris 1995) SANS TITRE, 1953 Bronze à patine brune Signé et daté Numéroté 1/6 Porte le cachet du fondeur Susse Fondeur 73 x 64 x 56 cm (283/4 x 25 x 22 in.)
Georges-Lucien GUYOT (Paris 1885 - 1973) <br><br> Panthère humant. <br>Sujet en bronze à patine noire nuancée. <br>Signé et marqué Susse fondeur édition Paris justificatif de tirage 1. <br>H.: 33 cm. L.: 51 cm.
Léo LAPORTE-BLAIRSY (1867-1923)<br>"Fée au coffret", circa 1902. Rare sculpture éclairante en bronze à patine dorée figurant une jeune fille tenant un coffret lumineux, à paroi de verre orné d'un paysage polichrome d'arbres et de voilier sur un lac. Fonte d'époque de Jollet. Signé sur la terrasse "Léo", "Léo LAPORTE BLAIRSY" et cachet de fondeur "JOLLET Paris" H: 48 cm «Fairy with a box» lamp in glass and golden patinated bronze. Signed "Leo Laporte Blairsy" and "Leo" + smelter's stamp. Bibliographie: Alastair Duncan, "The Paris Salons - 1895-1914", Vol V, page 366, modèle reproduit
BARRY FLANAGAN (1941 - 2009) <br><br>
Kouros Horse, (Small horse), 1986. <br>Bronze à patine verte. <br>Edition à 9 exemplaires. <br>Cachets sur la terrasse. <br>Brons met groene patina. <br>Editie van 9 exemplaren. <br>Stempel op de basis. <br>36 x 44 x 11 cm <br><br>Provenance/Herkomst: <br>Galerie Liliane et Michel Durand-Dessert, Paris. <br>Collection privée, Paris. <br><br>Sculpteur Gallois, Barry Flanagan a fréquenté de nombreuses écoles d Art, dont la St Martin s school où il fut l élève du sculpteur Antony Caro. Adepte de la pataphysique, la science des solutions imaginaires, il réagit en opposition à l héritage des sculpteurs Britanniques de l après-guerre, tout en ayant recours à l absurde et en s inscrivant dans la performance expérimentale. Il met en scène divers animaux (lièvres, chevaux, éléphants...) dans des postures anthropomorphiques incongrues, Flanagan montre une volonté de remettre en question la perception traditionnelle de la sculpture. L exposition Les chevaux de San Marco (1979) à la Royal Academy of Art de Londres a fait une très forte impression sur l artiste, le cheval est pour lui un archétype de la sculpture classique. Selon Flanagan, l ancienneté des sculptures démontre la relation de l homme avec l animal autant que le désir et le moyen de les représenter, chaque sculpture de cheval a un caractère différent.
<br><b>ARMAN </b> (Armand Pierre FERNANDEZ, dit) <br>(Nice 1928 - New York 2005) <br><br>

Luth en Cascade, 2000<br>Bronze, sculpture signée <br>et numérotée IV/IV sur la base,<br> d'une édition à 8 + 4EA. <br>Edition atelier Desjobert<br>67 x 70 x 46 cm<br><br>Provenance:<br> - Collection particulière, Espagne<br><br>Cette oeuvre est répertoriée <br>sous le numéro 9656 <br>dans les archives de Madame Denyse Durand- Ruel<br><br>
Bronzes et émaux cloisonnés<br>Brûle-parfum couvert et tripode en bronze doré et émaux cloisonnés décoré en polychromie de fleurs, rinceaux, ailes de cigales et ajouré de nuages stylisés.<br>Chine, XVIIIe siècle<br>(Choc à la prise du couvercle et petits manques d émail)<br>Hauteur : 26,5 cm
<p>Pablo GARGALLO (1881-1934) <br /> "Lévrier" <br /> Epreuve en bronze à patine brune <br /> Signée du monogramme de l'artiste, datée 21 et numérotée 2/7, cachet de fondeur Godard sur la base <br /> Hauteur : 19,9 cm - Largeur : 6,7 cm - Profondeur : 8,4 cm <br /> Bibliographie : Pierrette Gargallo-Anguera, Pablo Gargallo, catalogue raisonné, les Editions de l'amateur, Paris 1998, reproduit sous le n°94a p.118 <br /> L'authenticité de cette pièce a été confirmée par la famille de l'artiste  </p> "Lévrier", a brown patinated bronze sculpture by Pablo Gargallo
<p>Importante statuette de bouddha en bronze doré assis en padmasana sur un socle en forme de double lotus inversé, les mains en bhumisparsa mudra (geste de la prise de la terre à témoin), vêtu de sa robe monastique. <br /> Tibet, XIVe siècle <br /> Hauteur : 30,5 cm  </p>
<p>CHINE  <br /> Époque MING (1368-1644) <br /> Sceptre "ruyi" en bronze doré et émaux cloisonnés à décor de deux dragons entourant un caractère "shou" stylisé au-dessus d'un rocher sortant des flots sur fond bleu turquoise, la tête ornée de deux qilong stylisés autour d'un caractère "shou" stylisé. L'arrière décoré de huit fleurs de lotus stylisés parmi leur feuillage sur fond bleu turquoise, l'arrière de la tête ornée de trois fleurs de lotus. Longueur : 37,5 cm <br /> Petits manques d'émail <br /> Référence : Sceptre similaire conservé dans les collections de l'impératrice Eugénie à Fontainebleau <br /> Provenance ?? : Antiquaire C.T.  <br /> Loo-Paris, le 15 juin 1943  </p>