Résultats des ventes aux enchères d'Objets d'art par Gazette-art.com Gazette-art.com, ventes aux enchères Gazette-art.com, auction results
-Votre email -Mot de passe Besoin d'aide ?
Newsletter
Les résultats de ventes aux enchères de Sculptures en bronzes triés par prix croissant.

 <br>Jean-Louis MEISSONIER <br> (Lyon 21 février 1815 - Paris 21 janvier 1891) <br> <br>Le voyageur<br>Épreuve en bronze patiné<br>Signée, porte le cachet Siot-Decauville fondeur<br>Hauteur : 48 cm<br>La statuette en cire, tissu et cuir est conservée au Musée d Orsay et a été exécutée entre 1878 et 1890. Siot-Decauville en a réalisé plusieurs exemplaires en bronze après la mort de l artiste.<br><br>Il en existe notamment aux musées de Bordeaux et de Lille.<br>Le cavalier est dit être, selon les sources, Napoléon 1er ou le Maréchal Ney.<br>EML
<br> Amédéo MODIGLIANI <br> (Livourne 12 juillet 1884 - Paris 24 janvier 1920)<br> <br> 

Tête de jeune fille à la frange <br> 
Sculpture en bronze à patine brune <br> 
Fonte d\ édition ancienne à cire perdue de VALSUANI <br> 
Signé Modigliani à l\ arrière <br> 
Cachet de fondeur. Numéroté I / VIII <br> 
H : 50,5 cm  <br> <br> 
Provenance :  <br> 
- M. Simon, Paris  <br> 
- M. J. Peyrel, Bruxelles  <br> 
- M. Nottoli, Cagnes-Sur-Mer  <br> 
- Collection privée, Paris  <br> <br> 
Expositions :  <br> 
- Fondation Peter Stuyvesant, Johannesburg (modèle similaire) <br>  
- Modigliani, Kisling, Utrillo, Musées de Tokyo, Osaka, Kyoto, 1984 <br> (Modèle similaire)  <br> <br> 
Bibliographie :  <br> 
- A.Werner, Sculptures de Modigliani, 1962, page 52, reproduction de la sculpture en pierre  <br> 
-Ceroni, Milan, pl. 72-75, reproduction de la pierre  <br> 
- Flammarion, Paris, 1972, page 108, n° XVI  <br> <br> 
Un certificat d\ authenticité <br> de Jeanne Modigliani <br> sera remis à l\ acquéreur <br> <br> Un certificat d\ authenticité de Abel Rambert <br> en date du 15 janvier 1985 <br> sera remis à l\ acquéreur<br><br>
<br>Wim DELVOYE <br>
(Né en 1965 à Wervik en Belgique) <br><br>

Daphné & Chloé, (counterclockwise) Scale Model, 2010<br>
Bronze argenté.<br>
Signé et numéroté 2/3 en dessous.<br>
Verzilverd brons.<br>
Gesigneerd en genummerd 2/3 onderaan.<br>
H: 56 cm - D: 30 cm<br><br>
Provenance/Herkomst:<br> - 
Acquis au prés de l artiste par l actuel propriétaire.<br>
- Collection privée/Prive collectie.<br><br>
Un certificat de l artiste sera remis à l acquéreur.<br><br>
Bibliographie:<br>
Wim Delvoye, introspective. <br>Oeuvre reproduite en page 300.<br>
Publié par Mercatorfonds, Bruxelles, 2012.<br><br>
Exposition:<br> 
Wim Delvoye «au Louvre» du 31 mai au 17 septembre 2012.<br>
Musée du Louvre, Paris.<br>
Un autre exemplaire similaire exposé.<br><br>
<p>Statuette de bouddha en bronze doré assis en padmasana sur un haut double lotus inversé, les mains en dhyanamudra (geste de la méditation) tenant le kalasa. <br /> Mongolie, école de Zanabazar, XVIIIe siècle <br /> Hauteur : 15,5 cm  </p>
<br>Amédéo MODIGLIANI <br>(Livourne 12 juillet 1884 - Paris 24 janvier 1920)<br><br>

Tête de jeune fille à la frange <br>
Sculpture en bronze à patine brun-rouge, <br>réalisée à cire perdue par la fonderie C. Valsuani à Paris <br>
Signé MODIGLIANI à l\ arrière, <br>cachet de fondeur à sa gauche et numéroté VI / VIII <br>
H : 51 cm <br><br>
Ce lot est en importation temporaire<br><br>
<br>Camille CLAUDEL <br>(Fère en Tardenois 8 décembre 1864 - Montdevergues 19 octobre 1943) <br><br>LA VALSE, CIRCA 1895 <br>Bronze à patine brune <br>Signé et numéroté 1/8 en creux à la base, <br>porte le cachet de la Fonderie du Rocher <br>Exécuté vers 1990 <br>et tiré en bronze en huit exemplaires numérotés de 1 à 8, <br>+ 4 Epreuves d'Artiste numérotées de I à IV, <br>d'après le plâtre original de la collection Frits Thaulow <br>Cachet d'authenticité de Reine-Marie Paris <br>Hauteur: 43 cm <br><br>Un Certificat d'authenticité de Madame Reine-Marie Paris, <br>petite nièce de l'artiste, <br>répertorié sous le n°00236,<br>sera remis à l'acquéreur <br><br>Provenance: <br>- Collection particulière, Paris <br><br>Bibliographie: <br>- Reine-Marie Paris, Camille Claudel retrouvée, catalogue raisonné, Aittouarès, Paris, 2004 <br><br>Cette oeuvre est reproduite et répertoriée sous le numéro 28-2, a, en page 290 de cet ouvrage Références: - Mathias Morhardt, "Mlle Camille Claudel", Mercure de France, mars 1898, p.733 note 1 (Épreuve en plâtre, Frits Thaulow) - Anne Rivière, L'Interdite, Tierce, 1983, n°16, p.75 (Épreuve en plâtre, Frits Thaulow) - Reine-Marie Paris, Camille Claudel, Gallimard, Paris, 1984, p.360 (Épreuve en plâtre, Frits Thaulow) - Reine-Marie Paris, Arnaud de La Chapelle, L'oeuvre de Camille Claudel, Arhis Biro, Paris, 1990, n°28, p.130 repr (Épreuve en plâtre, Frits Thaulow) - Gérard Bouté, Camille Claudel, Le miroir et la Nuit, Les Éditions de l'Amateur, 1995 (Épreuve en plâtre, Frits Thaulow) - Anne Rivière, Bruno Gaudichon, Danielle Ghanassia, Camille Claudel, catalogue raisonné, A.Biro, Paris, 1996, p.85, 3 (Épreuve en plâtre, Frits Thaulow) - Claudine Mitchell, "Intellectualy and sexuality: Camille Claudel, the" fin de siècle sculptress ", Art History, Vol.12, n°4, Leeds, décembre 1989 (Épreuve en plâtre, Frits Thaulow) Archives Reine-Marie Paris Camille Claudel dans l'atelier de Rodin, avant 1899
<br><b>CÉSAR </b>  (César BALDACCINI, dit) <br>(Marseille 1921 - Paris 1998)<br><br>

« LE HOLLANDAIS - OMER », 1957-1991 <br>

Bronze soudé à patine brune <br> Signé et numéroté EA 1/4. <br>
Fondeur Bocquel <br>
116,5 x 163 x 36 cm <br><br>

Provenance : <br>
- Atelier de l\ Artiste <br>
- Collection Jean Michel Jarre <br><br>

Expositions : <br>
- « César », FIAC, Paris, 1991, autre exemplaire présenté. <br>
- « César », Monte-Carlo, 1994, autre exemplaire présenté. <br>
- « César », Narbonne, 1996, autre exemplaire présenté. <br><br>

Historique : <br>
Cette œuvre est une version revisitée par l\ artiste de « L\ homme de Villetaneuse », reproduit sous le n° 196 du catalogue raisonné de l\ œuvre de l\ artiste par Denyse Durand Ruel.<br><br>
<p>CHINE  <br /> Époque MING (1368-1644) <br /> Important brûle-parfum tripode en bronze doré et émaux cloisonnés à trois compartiments à décor sur la panse de fleurs de lotus stylisées dans leur feuillage sur fond bleu turquoise, le bord inférieur décoré d'une frise de pétales blancs stylisés, les deux parties supérieures ornées de rinceaux stylisés formés par des fleurs dans leur feuillage et motifs géométriques, sur chaque partie surmonté d'un bandeau ajouré de chauves-souris volant parmi les nuages. La prise du couvercle à décor ajouré de nuages.  <br /> Hauteur : 63 cm <br /> Diamètre : 52,5 cm <br /> Provenance : Antiquaire Giroux, Bruxelles, le 21 décembre 1945 <br /> CHINA - MING Dynasty (1368-1644) <br /> An important tripod cloisonné incense burner.  </p>
<br>Auguste RODIN  <br>(Paris 12 novembre 1840 - Meudon 17 novembre 1917)<br><br>

Etude de nu pour le bourgeois de Calais, Pierre de Wiessant <br>
(Sans bras ni tête) <br>
Sculpture en bronze à patine brun-noire <br>
Fonte réalisée à la fonderie Georges RUDIER à Paris <br>
Signé A. RODIN sur la terrasse. <br>Marque du fondeur sur la plinthe à l\ arrière et cachet en relief A. RODIN sous la base <br>
H : 63 cm, Terrasse : 33 x 20 cm <br><br>

Un certificat d\ authenticité de Madame Cécile Goldscheider, <br>conservateur en chef du Musée Rodin, <br>en date du 30 juin 1971, <br>précisant qu\ il s\ agit d\ un tirage unique <br>limité à douze épreuves - Inventaire n° 2538 - cinquième épreuve, <br>sera remis à l\ acquéreur<br><br>
<br>Giacomo MANZU <br>(Bergame 22 décembre 1908 - Rome 17 janvier 1991)
                      <p>Cardinale Seduto, 1970 <br>Bronze à patine cuivrée, <br>sculpture signée en bas au dos. <br>New Fonderia MAF Milan "NFMM". <br>Pièce unique <br>93,5 x 65 x 56 cm <br><br>Provenance: <br> - Oeuvre acquise directement auprès l'artiste par l'ancien propriétaire <br> - Collection particulière, Italie <br><br>Un certificat de Madame Inge Manzù, <br>daté du 3 novembre 2011, <br>sera remis à l'acquéreur</p>
<br> OSSIP ZADKINE (1890 - 1967)<br><br>
IPHIGENIE,1940 <br>
Bronze à patine brune et dorée <br>
Signé et numéroté 3/8 en creux à la base,<br> porte le cachet de la
Fonderie Susse. <br>
Exécuté en 1940 et tiré en bronze en 9 exemplaires numérotés <br>
de 0 à 8 + 2 épreuves d artiste <br>
Hauteur : 78 x 22 x 24 cm - 303/4 x 83/4 x 91/2 in. <br>
L exemplaire 0/8 est au musée Zadkine <br>
Signed and numbered 3/8 on the base, <br>foundry mark " Susse ",<br>
executed in 1940 from an edition of 9 exemplaries numbered <br>
from 0 to 8 + 2 artist proofs, bronze <br><br>

Bibliographie : <br>
- Jianou Ionel, Zadkine, Arted Editions, Paris, 1979, répertorié en page 78
sous le numéro 277 <br>
- Lecombre Sylvain, Ossip Zadkine. L oeuvre sculpté, Paris musées,
Avignon, 1994, reproduit en page 358, sous le numéro 326 <br>
- Galerie Schmidt, Catalogue de l exposition, Paris, 15 avril-15 mai 1970,
reproduit sous le numéro 26 (l un des exemplaires) <br>
- Hirschl and Adler Galleries, Catalogue de l exposition, New York, 7-31
décembre 1971, reproduit sous le numéro 32 (l un des exemplaires) <br>
- Galerie Conkright, Catalogue de l exposition, Caracas, janvier-février 1972,
reproduit sous le numéro 13 (l un des exemplaires) <br>
- Musée Zadkine, Sculptures, Catalogue de la collection du musée Zadkine,
Paris, 1989, reproduit en page 102 sous le numéro 91 (épreuve numérotée 0/8)<br><br>
Expositions : <br>
- Paris : Galerie Schmidt, 15 avril-15 mai 1970 (l un des exemplaires) <br>
- New York : Hirschl and Adler Galleries, 7-31 décembre 1971 (l un des
exemplaires) <br>
- Caracas : Galerie Conkright, janvier-février 1972 (l un des exemplaires) <br>
- Paris : Artcurial, Zadkine oeuvres entre 1918-1967, 10 mai-30 juillet 1979 <br>
(l un des exemplaires)
<br>François-Xavier LALANNE <br>(Agen 28 août 1927 - Ury 7 décembre 2008) <br><br>Lièvre de Maillac I, 1999<br>Bronze à patine brune, <br>sculpture formant fontaine monogrammée fxl,<br> datée, numérotée 1/1 <br>et estampillée Lalanne sur la patte gauche. <br>Prototype.<br>71 x 49 x 22 cm<br><br>Provenance :<br> Œuvre acquise directement auprès de l artiste par l actuel propriétaire, collection particulière, France<br><br>
<br><b>CÉSAR </b> (César BALDACCINI, dit) <br>(Marseille 1921 - Paris 1998) <br><br> Nu, 1959 <br /> Bronze à patine brune <br /> Signé César, fonte Bocquel de 1988 HC 2/2 <br /> H 99 x L 35 x P 26 cm  </p>
<br>Wim DELVOYE <br>
(Né en 1965 à Wervik en Belgique) <br><br>

Daphné & Chloé, (clockwise) Scale model, 2010<br>
Bronze argenté.<br>
Signé et numéroté 3/3 en dessous.<br>
Verzilverd brons.<br>
Gesigneerd en genummerd 3/3 onderaan.<br>
H: 56 cm - D: 30 cm<br><br>
Provenance/Herkomst:<br>  - 
Acquis au prés de l artiste par l actuel propriétaire.<br> -
Collection privée/Prive collectie.<br><br>
Un certificat de l artiste sera remis à l acquéreur.<br><br>
Bibliographie:<br> 
Wim Delvoye, introspective. <br>Oeuvre reproduite en page<br>
Publié par Mercatorfonds, Bruxelles, 2012.<br><br>
Exposition:<br>
Wim Delvoye «au Louvre» du 31 mai au 17 septembre 2012.<br>
Musée du Louvre, Paris.<br>
Un autre exemplaire similaire exposé.<br><br>
<br><b>ARMAN </b> (Armand Pierre FERNANDEZ, dit) <br>(Nice 1928 - New York 2005) <br><br> ACCORD FINAL, 1981 <br>De la série L'Orchestre d'Arman <br>Bronze à patine brune <br>Numéroté 8/8 <br>Bocquel Fondeur <br>170,5 x 245 x 165 cm - 671/4 x 961/2 x 65 in. <br><br>Cette oeuvre est répertoriée <br>dans les archives du Studio Arman, New York, <br>sous le numéro APA # 8202.81.002 <br><br>Provenance: <br>- Guy Pieters Gallery, Knokke <br>- Collection particulière <br><br>Exposition:<br> - L'Orchestre d'Arman, Marisa del Re Gallery, New York, 1983 <br><br>
<br>Auguste RODIN  <br>(Paris 12 novembre 1840 - Meudon 17 novembre 1917) <br><br>Iris éveillant une nymphe <br>Épreuve en bronze à patine brune noire nuancée. <br>34,9 x 18 x 20,5 cm <br>F.C. <br>Signée "A. Rodin" sur le coté gauche du rocher, <br>avec la marque de fondeur "Alexis Rudier / Fondeur Paris" à l'arrière de la terrasse à droite et avec le cachet intérieur "A. Rodin".<br> Conçue vers 1885, cette épreuve en bronze a été fondue en 1943. <br><br>Provenance : <br>Musée Rodin, Paris. M. Hachard, marchand, Paris (acquis du ci-dessus, novembre 1943). Collection Mme Herbin, France (acquis entre 1950 et 1965 sur le marché parisien). Par descendance, 1970. <br><br>Cette Oeuvre sera incluse au Catalogue Critique de l'Oeuvre Sculpté d'Auguste Rodin actuellement en préparation à la galerie Brame & Lorenceau par le Comité Rodin sous la direction de Jérôme Le Blay sous le numéro 2009-3016B. Ce groupe fait partie des Oeuvres réalisées par Rodin, probablement à des fins commerciales, à partir de figures créées pour la Porte de l'Enfer. On reconnait d'ailleurs dans la figure masculine, quoique assez profondément modifié, le Génie prenant son essor du vantail gauche. Comme souvent chez Rodin, le titre de l'Oeuvre n'est pas forcément fixé dès la conception du modèle. Le premier bronze (fonte Fulda) de cette composition fut exposé à la célèbre rétrospective du pavillon de l'Alma sous le titre d'Amour et Psyché.<br><br>
<br>Emmanuel FREMIET <br>(Paris 24 décembre 1824 - Paris 10 septembre 1910) <br><br>Harde de cerfs, 1866 <br>Exceptionnel vase Médicis, en bronze patiné, <br>à décor en bas-relief de cerfs hardés. <br>Anses en forme de tête de lion,<br> tenant dans leur gueule une riche ornementation de guirlandes de feuilles, <br>retenue, sur deux faces, par un masque d'Apollon.<br> Repose sur une base à piédouche. <br>Signé: Frémiet et daté: 1866. <br>H: 175 cm - D: 76 cm pages 104 à 106 <br><br>Provenance: <br>- Ancienne collection du 7ème Marquis d'Aligre (1813 - 1889) <br>- Par descendance à l'acuelle propriétaire <br><br>Ainsi que nous le souligne le rapport du jury de l'Exposition Universelle de 1900, Emmanuel Frémiet sculpteur animalier de renom a été largement reconnu de son vivant: Monsieur Frémiet est un des rares artistes dont le talent se complète de la connaissance approfondie du métier... il s'occupe des réductions, surveille la ciselure et décide enfin des patines... Dans un article de l'estampille de 1986, Catherine Chevillot indique que Frémiet a lui-même édité ses oeuvres jusqu'en 1872. Même si nous savons que l'artiste à fait quelques pièces de décoration et d'ameublement, notamment en collaboration avec l'ébéniste Diehl, notre vase reste tout à fait exceptionnel tant par sa qualité, que par son originalité dans son oeuvre. Avec sa signature et sa date, notre vase semble être une pièce unique. En effet nous retrouvons au Salon de 1880, sur le stand de la maison Graux-Marly, un modèle similaire, avec des dimensions légèrement différentes (117 cm de haut 70 cm de diamètre). Le catalogue illustré mentionne à cet égard: M. Graux-Marly a tout essayé et toujours avec le succès bien dû à sa conscience artistique. Parmi les reproductions, réductions de toutes grandeurs que nous avons eu le plaisir de voir dans ses ateliers, nous citerons un grand vase décoratif avec bas-reliefs de Frémiet... D'autre part, Pierre Kjellberg dans son dictionnaire des sculpteurs, les éditions de l'amateur, Paris, 1987 écrit à propos de cette fonderie: Firme en activité durant la seconde moitié du XIXème siècle, d'abord boulevard du Temple, puis à partir de 1860, 8, rue du Parc-Royal, les fils de M. Graux- Marly sont mentionnés comme venant à succéder à leur père. Ils produisent des bronzes d'ameublement, des pendules, des torchères ornées de sujets dans le goût de Clodion... Ils éditent également des reproductions de sculptures de l'Antiquité et de la Renaissance ainsi que des modèles de Barye, Carpeaux, Frémiet, Carrier-Belleuse et autres artistes contemporains. Avec tous les éléments ci-dessus énoncés, il parait plus que probable que notre vase ait été fondu par Frémiet lui-même et qu'il ait, par la suite, vendu son modèle à la maison Graux-Marly, qui l'a édité, ainsi que nous le confirme le livret du salon de 1880. Malgré d'importantes recherches nous n'avons pu trouver un autre vase similaire signé par l'artiste, c'est pourquoi nous émettons l'hypothèse que notre modèle, présenté dans cette vacation, est un exemplaire unique fondu par Frémiet lui-même (aucune marque de fondeur y étant apposée). Nous avons trouvé trace d'un vase monumental, de sujet identique mais plus petit, ainsi que déjà mentionné, sans signature juste inscrit Graux-Marly, Rue du Parc-Royal 8 Paris, passé en vente publique à Londres le 7 septembre 1998, lot N° 170
<br>Miguel Ortiz BERROCAL <br>
(Villanueva de Algaidas Espagne 1933 - Antequera 2006) <br><br>

Opus, 258 <br>Berenguer de Rondor-Almogavar IX, 1981-1983 <br>Bronze à patine brune. <br>Cire perdue. <br>Sculpture démontable constituée de 15 éléments. <br>Signé et numéroté 4/6 à la base. <br>Brons met bruine patine. <br>Verloren was. Samengesteld uit 15 uitneembare elementen. <br>Getekend en genummerd 4/6 op de basis. <br>75 x 120 x 45 cm <br><br>Provenance / Herkomst: <br>Collection particulière, Belgique. <br><br>Un certificat de l'artiste, <br> en date du 21 septembre 1992, <br> sera remis à l'acquéreur<br><br>
<br>Rembrandt BUGATTI <br>(Milan 16 octobre 1884 - Paris 8 janvier 1916)<br><br>

La famille de bouquetin <br>

Epreuve en bronze à patine noire. <br>Fonte à cire perdue A.A. Hébrard, cachet de fondeur. <br>
Signé. <br>Haut. : 27 cm - Long. : 47 cm<br><br>
<br>GEORGES BRAQUE <br>(Argenteuil 13 mai 1882 - Paris 31 août 1963)<br><br>

\ \ ATALANTE\ \  <br>
Sculpture en bronze gainée d\ or <br>
Socle en marbre noir moucheté blanc<br>
Signée \"G. Braque\" et numérotée \"6/8\" <br>
27.5 x 23.5 cm <br>
(Socle: 13 x 13 x 13 cm) <br><br>
Musées: <br>
- Ludwigmuseum - Coblence - 2003
<br>- Museo Fondazione Luciana Matalon - Milan - 2005<br><br>
<br>Francois-Xavier LALANNE <br> (Agen 28 août 1927 - Ury 7 décembre 2008)<br><br>

le singe avise, 2005 <br>
Bronze à patine brune <br>
Signé et numéroté 7/8 sous le pied droit <br>
120 x 82 x 82 cm (471/4 x 321/4 x 321/4 in.) <br><br>

Provenance : <br> -
Acquis directement auprès de l\ artiste <br> - 
Collection particulière européenne<br><br>
<br>Rembrandt BUGATTI <br>(Milan 16 octobre 1884 - Paris 8 janvier 1916)<br><br>

Petites antilopes, la mère malade <br>

Epreuve en bronze à patine noire <br>faisant partie du tirage original limité à 3 épreuves. <br>Fonte d\ édition d\ époque à cire perdue de A.-A. Hébrard,<br> cachet de fondeur, <br>justificatif de tirage numéroté 3 et marqué : fondu en 1914. <br>
Signée. <br>
Haut. : 21 cm <br>
Terrasse : 18 x 34 cm <br><br>

Bibliographie : <br>
Art et Décoration, “Rembrandt Bugatti”, Paris, 1921 ; Jacques Chalom-Des-Cordes et Véronique Fromanger-Des-Cordes, “Rembrandt Bugatti”, catalogue raisonné, Les Éditions de l\ Amateur, Paris, 1987, modèle référencé et reproduit. <br>

FM <br><br>
<br>Rembrandt BUGATTI <br>(Milan 16 octobre 1884 - Paris 8 janvier 1916) <br><br>

Trois pélicans, l\ un face aux deux autres, en conversation <br>

Épreuve en bronze à patine noire <br>faisant partie du tirage original limité à 5 épreuves. <br>Fonte d\ édition d\ époque à cire perdue de A.-A. Hébrard, <br>cachet de fondeur, <br>justificatif de tirage numéroté 5 et marqué : fondu en 1922.<br>
Signée.<br>
Haut. : 25 cm <br>
Terrasse : 34 x 21 cm <br><br>

Bibliographie : <br>
Art et Décoration, “Rembrandt Bugatti”, Paris, 1913 ; Jacques Chalom-Des-Cordes et Véronique Fromanger-Des-Cordes, “ Rembrandt Bugatti”, catalogue raisonné, Les Éditions de l\ Amateur, Paris, 1987, modèle référencé et reproduit p.140. <br><br>

FM
<br>Gustave COURBET <br>(Ornans 10 juin 1819 - La Tour de Peilz - Suisse 31 décembre 1877) <br><BR>L  Helvetia ou La Liberté, 1875</B><BR> Sculpture en bronze à patine brune. <br>Fonte réalisée à la Fonderie L. Martin en 1875. <BR>Socle en marbre blanc titré "Liberté" <br>et caisse d origine en bois titré "Baron de Bastard"<BR>Signé "COURBET" et "L. Martin Fondeur"<BR>H : 87 cm, L : 62 cm<br>(Restauration à la base)<BR><br>On y joint les deux caisses d origines en bois pour le transport de l oeuvre et son socle.<BR><BR>Un certificat d authenticité de Monsieur Jean Jacques Fernier sera remis à l acquéreur.<BR><BR>Réfugié en Suisse, après les évènements révolutionnaires des années 1870 à  Paris - la Commune et la destruction de la place Vendôme - Gustave Courbet décide de rendre hommage à ceux qui l ont accueilli, la municipalité de la Tour de Peilz. Il imagine un buste de femme, inspiré de Helvetia, figure allégorique et emblématique suisse. <BR>Après de nombreux essais en plâtre, Courbet fait un tirage ultime en bronze, coulé par Louis Martin. La sculpture Helvétia ou la liberté voit le jour en 1875. <BR><BR>Cette épreuve en bronze à patine brune se différencie des autres statues créées par Courbet, toutes en fonte bronzée ; mais aussi parce qu elle porte une étoile à six branches (étoile franc-maçonnique), et plus à cinq branches, selon le modèle offert à la Tour de Peilz.   <BR>Le 17 mai 1875, la sculpture et son socle en marbre, en provenance de la Fonderie Martin, débarquent au port fluvial de Saintes,  dans une caisse en bois noir marquée Baron Bastard, à destination de la Galerie Castagnary. <BR>Aux portes du XXe siècle, en 1895, le buste est proposé aux enchères à l Hôtel Drouot à Paris, et acheté 285 francs par Louis Philippe Demaëght, fondateur du musée d Oran et membre des loges maçonniques d Algérie. L oeuvre resta dans ce pays jusqu à la Guerre d Indépendance, moment où elle revint en Europe dans les bagages d une famille. <BR><BR>Pendant son exil, et jusqu à sa mort, Courbet entretient d étroites relations avec des figures de la franc maçonnerie, tels que le géographe Elisée Reclus, le politicien Louis Richonnet ou encore Jules Castagnary, journaliste et critique d art. L étoile à six branches sculptée sur le buste, la pyramide franc maçonne reproduite à l intérieur de la caisse de l oeuvre et la générosité des loges durant les nombreux séjours de l oeuvre en Afrique posent le doute quant à la place de Gustave Courbet dans la franc maçonnerie.<BR><BR>Jean Jacques Fernier, vice président de l Institut Courbet à Ornans, rappelle dans son avis sur l oeuvre que ce bronze doit être considéré comme le premier tirage original de la statue. <BR>Initialement pensée pour le Salon Parisien de 1875, la sculpture ne sera finalement jamais présentée au Salon de Paris. <BR>Ce n est qu en 1906 qu un tirage de l oeuvre en plâtre (référencé au Catalogue Raisonné de l artiste) est aperçu dans la capitale, lors du Salon d automne.<BR>Une décennie plus tard, Jean Jacques Fernier expose l œuvre, jusqu alors inconnue, au MAG de Montreux en novembre 2007.<BR>Cette même sculpture, que nous présentons en vente sera référencée dans le Catalogue Raisonné Critique de l oeuvre de Courbet, à paraître ultérieurement par la Fondation Wildenstein.<br><br>
<br>Auguste RODIN <br> (Paris 12 novembre 1840 - Meudon 17 novembre 1917)<br><br>

Le Baiser, 3ème réduction <br>

Bronze à patine brune noire,<br> signé “ A. Rodin ” sur l\ avant du rocher, <br>sans marque de fondeur, <br>avec les inscriptions “ 20/Q ” gravées <br>et le numéro “ 80241 ogi ” à l\ encre noire à l\ intérieur <br>
Haut. : 39,6 cm <br><br>

Conçu en 1886, cette version réduite en 1901, cette épreuve en bronze en mars 1912 <br><br>

Provenance :  <br> -
Vente publique, vers 1930-1940 <br> -
Collection privée, France <br> -
Par descendance <br> <br>

Cette œuvre sera incluse dans les archives du Comité Auguste Rodin en vue de la publication du Catalogue Critique de l\ Œuvre Sculptée d\ Auguste Rodin actuellement en préparation à la Galerie Brame & Lorenceau sous la direction de Jérôme Le Blay sous le n° 2006V973B <br>
FL