Résultats des ventes aux enchères d'Objets d'art par Gazette-art.com Gazette-art.com, ventes aux enchères Gazette-art.com, auction results
-Votre email -Mot de passe Besoin d'aide ?
Newsletter
Les résultats de ventes aux enchères de Miniatures triés par prix croissant.

<br>Retrouvailles de Joseph et de son plus jeune frère BenjaminJoseph, auréolé, reçoit dans son palais ses dix frères, assis de­vant lui qui lui ont amené son plus jeune frère Benjamin, assis à côté de lui. Des servantes amènent des plats. Ciel doré animé d'oiseaux et de nuages. Gouache rehaussée d'or à marges unies et coupées. Au revers, enluminure sur fond doré dessinant deux rondeaux enserrant un cartouche, ornés de fleurons sur fond bleu. <br>Dim. miniature: 27 cm x 42,5 cm<br><br>
<br>

École française du XIXe : <br>Ferdinand-Philippe d Orléans (1810-1842), duc d Orléans <br>Très beau et rare portrait ovale, <br>peint en miniature et sur porcelaine, <br>du fils aîné du roi Louis-Philippe Ier, <br>figuré en buste, à l âge de dix-huit ans, <br>alors qu il n est encore que duc de Chartres,<br> en uniforme de colonel du 1er régiment de hussards, <br>dit « Hussards de Chartres », <br>à la tête duquel il fut nommé en 1824<br> par le roi Charles X et qu il dirigea jusqu en 1832. <br>Le prince est vêtu du dolman bleu céleste <br>et de la pelisse des hussards, avec le grand Cordon de la Légion d honneur porté en sautoir. <br><br>La miniature est cerclée d un velours rouge orné d un cartouche portant l inscription « LE DUC D ORLEANS 1828 » et d un cadre en bronze doré, à motifs de raie de coeur et de perles, surmonté d un ruban. Il est à noter que ce portrait du prince Ferdinand-Philippe d Orléans fut gravé. Le Cabinet des Estampes de la Bibliothèque nationale de France conserve une gravure aux traits identiques [Fig.1] à notre portrait peint, dont on ne connait, jusqu à présent, d équivalent qu en gravure. <br>Dim. de la plaque: 10,3. x 8,4 cm <br>(avec cadre: 17,5 x 12,4 cm) <br>Porcelaine dure, Paris, 1828. <br><br>Provenance: <br> - Collection de Louis d  Orléans, duc de Nemours (1814-1896), 2e fils du roi Louis-Philippe, puis par descendance jusqu à son arrière-petit-fils, Charles-Philippe d Orléans, duc de Nemours (1905-1970). - Vente de succession du dernier duc de Nemours, Paris, Drouot Richelieu, Ader Picard, 11 mars 1971, lot. 250. - Collection privée, puis collection d un membre de la famille d Orléans. XD Ferdinand-Philippe, Duc d Orléans, gravé par Maurin, lithographe, Paris, Cabinet des Estampes de la Bnf, RESERVE QB- 370 (100) - FT 4 - Fol. 8.<br><br>
<br>Boîte de forme rectangulaire à pans coupés, en or jaune gravé, doublé d ivoire, ornée sur toutes ses faces de miniatures représentant des personnages. (Bosses).<br>

Paris, 1786.<br>
Maître-Orfèvre : Jean-François MORAND.<br>
Dimensions : 61.7 x 41 x 20.9 mm.<br>
Poids brut : 71 gr.<br>
Dans un écrin en galuchat.<br><br>
<br>Art Moghol, Inde du Nord, début XVIIIe siècle.<br><br>
Deux miniatures, gouache et dorure, représentant l\ arrivée dans un cortège et l\ audience d\ un dignitaire hollandais (probablement de la Compagnie des Indes) assis face à un cénacle d\ autochtones.<br>
(Épidermures dues à l\ humidité).<br>
19 x 25 cm. <br><br>
 <br>Boîte rectangulaire à pans coupés en ors de plusieurs tons émaillée bleu translucide sur fond guilloché dans des encadrements entre des pilastres de chutes et guirlandes de fleurs. Le couvercle orné de chutes de culot dans des arcatures partiellement guillochées.<br> Ce dernier orné comme le fond d'une miniature polychrome <br>représentant une femme en buste. <br>PARIS 1772-1773<br> Maître Orfèvre: <br>probablement Joseph Etienne BLERZY<br> (émail bleu probablement restauré) <br>Dimensions: 71 x 49 x 33 mm <br>Poids brut: 127 g<br><br>
<br>ÉCOLE RUSSE, DÉBUT DU XIXE SIÈCLE. <br><br>Portrait du général d’infanterie Dimitri Sergéeviych Dokhtourov. <br>Miniature ovale peinte sur ivoire à l’aquarelle dans un cadre d’époque en laque, orné de motif en bronze ciselé et doré, début du XIXe siècle. <br>5,8 x 4,6 cm. <br><br>
<br>ÉCOLE RUSSE, DÉBUT DU XIXE SIÈCLE, <br>D’APRÈS GEORGES DAWE (1828-1829)<br><br>Portrait du général-major Alexandre Alexandrovitch Bibikov (1765-1822).<br> Grande miniature rectangulaire sur ivoire<br> peinte à la gouache dans un cadre en bronze doré et ciselé. <br>9,2 x 8,3 cm. <br><br>La miniature s’inspire du portrait de Georges Dawe peint en 1828/9 et conservé à l’Ermitage. Cette oeuvre, exécutée après la mort du modèle, reprend la gravure de François Vendramini (1780-1859). <br><br>
<br>Joseph retrouve ses parents<br>Deux lignes de texte, en réserve sur fond or, donnent le sujet de l'illustration. Devant un arbre, les deux hommes, auréolés, s'apprêtent à s'enlacer. Sa mère, Rachel, lui tend également les bras. Benjamin, son plus jeune frère se tient debout derrière lui. Ils sont entourés de nombreux personnages, de chevaux et de mulets. Gouache rehaussée d'or à marges dorées à décor de rinceaux floraux. Au revers, texte en réserve sur fond doré, précédé d'un folio. <br>Dim. miniature: 38 x 24 cm<br><br>
                      <p>De Meys, miniature, Ferdinand de Meys. <br>Portrait en buste de Madame de Meys. Moscou, 1797.<br> Grande miniature sur biscuit oval<br> (9,5 x 7,5 cm). <br>Signée & datée à gauche «De Meys 1797». <br>Dans un cadre XIXe s. de bois clair à cerclage de laiton. <br><br>Vêtue d'une robe blanche ceinturée de rose, les cheveux bruns ornés d'un ruban de même rose & tombant en boucles sur les épaules, la jeune femme laisse entrevoir de généreux attraits. Son visage, légèrement penché, est animé de deux yeux noisette. Sur la droite, un bouquet de rose, dont les teintes se retrouvent diluées sur le fond, ajoute à l'ambiance romantique de ce portrait. Au dos, une étiquette de papier où est reprise une inscription sans doute plus ancienne: «Portrait de Made de Meys, peint par son mari à Moscou en 1797». Ferdinand de Meys, peintre-miniaturiste français, s'installa en Russie vers 1783 et y demeura jusqu'en 1805. Il mourut en 1810. <br><br>Ses miniatures sont très rares.<br> On connaît de lui quelques portraits de la Cour impériale russe, et représentant Catherine II, Paul Ier, et un officier (au Musée historique russe, à Moscou)</p>
<br>Nicolas Jarville JACQUES - (Meurthe-et-Moselle, 1780 - Paris 1844) <br><br>1 - Portrait d'homme en redingote noire, chemise et cravates blanches, et chaîne de montre, accoudé sur fond bleu. Miniature sur ivoire de forme ovale. Collé sur feuille. Fente verticale à droite et à gauche. Sur fond de tissu rouge (accidents) Signé en bas à gauche Jacques. 20 x15,5 cm <br><br>2 - Portrait de jeune femme au grand chapeau à ruban bleu, garni de gaze, en robe blanche et châle vert et bleu. Miniature sur ivoire de forme ovale. Collé sur feuille (légèrement incurvé) Signé en lettres capitales bas à droite: JACQUES Cadres en bois et stuc doré restauration à motif de palmettes et de feuillages.<br> 20 x 15,5 cm<br><br>
<br>Mise à mort de Tour par Minouchehr<br><br>Cette miniature provient d'un Shahnameh de Ferdowsi.<br> Texte en écriture nasta'liq sur quatre colonnes. Elle illustre l'épisode où Minouchehr se précipite sur Tour, plein du désir de vengeance. «Il [Minouchehr] enfonça sa lance dans le dos de Tour qui laissa échapper de ses mains son épée.». Le texte sur fond doré donne le sujet. Marges enluminées d'un sîmurgh et autres animaux dorés sur fond crème. Iran, art safavide, Chiraz, deuxième moitié du XVIème siècle.<br>Dim. surface écrite: 23 x 12,8 cm  <br> Dim. miniature: 19 x 17,5 cm<br><br>Pour le texte de cet épisode, lire J. Mohl, Le Livre des Rois, Paris, 1876; tome I, p 145.<br><br>
<br>Attribué à Pierre Adolphe HALL (1739 - 1793)<br><br>Portrait de Sophie Arnould<br>Miniature ronde sur ivoire.<br>Signé au milieu à droite.<br>Diam. : 7,5 cm<br><br>Provenance : <br> - Vente de la collection de Félix Panhard, <br>Palais Galliera, 5 décembre 1975.<br><br>
<br>Jean-François HUET-VILLIERS, 1810 <br>(Paris 1772 - Londres 1813) <br><br>Portrait de femme en robe blanche,<br> assise dans un fauteuil <br>devant un rideau vert clair et une colonne. <br>Miniature ovale, sur ivoire. <br>9 x 7 cm <br>Signé et daté à droite, sur la colonne: <br>H. Villiers/1810 <br>Très important cadre en bronze doré et ciselé<br><br>
<br>Classé en MINIATURES<br> <br>Exceptionnel tabatière de mariage ronde en thuya. <br>Le dessus est agrémenté d'une très fine miniature sur ivoire sous verre bombé représentant une jeune nonne tenant une corbeille avec deux colombes qu'elle présente devant la porte de la perversité et de la débauche.<br><br> L'intérieur, en écaille de tortue, comprend quatre délicates miniatures érotiques cachées: un couple en ébats, deux scènes avec ecclésiastiques et une scène de banquet. <br>Cerclages et crochet en or. <br>France, circa 1830. <br>Diam.: 12,5 cm. Haut.: 5,5 cm.<br><br>
<br>Classé en MINIATURES  <br><br>Boîte de forme ovale et oblongue en ors de plusieurs tons gravée dans des réserves de filets, étoiles et pastilles ainsi que des encadrements de guirlandes de fleurs et agrafes. <br><br>Le couvercle à charnière serti d'une miniature en grisaille <br>figurant un triomphe de l'Amour. <br><br>Signée en bas à gauche JJ de GAULT. PARIS 1782-1789 <br>Dimensions: 97 x 33 x 27 mm <br>Poids brut: 109 g<br> Maître Orfèvre: probablement Antoine Louis ANTHEAUME. <br><br>Jacques Joseph de Gault: 1738-1812, peintre miniaturiste spécialisé en grisaille travailla en collaboration avec les grands tabletiers notamment Charles OUIZILLE.<br><br>
<br>HENRI FRANÇOIS GABRIEL VIOLLER (1750-1829)<br><br>Portrait de la princesse Anne Alexandrovna Golotsin,<br> née Baration (1763-1842). <br>Miniature ronde sur ivoire peinte à la gouache et à l’aquarelle. <br>Diamètre: 8 cm. <br><br>Bibliographie: <br> karev, Le portrait miniature russe au XVIIIe siècle, Moscou, 1990, p. 189. <br><br>
<br>Marie-Antoinette, reine de France.<br>Miniature sur ivoire de forme ovale, représentant un portrait de la jeune Marie-Antoinette, archiduchesse d Autriche, à l âge de 14 ans regardant vers la droite.<br>Conservée dans un cadre en écaille de tortue à décor d incrustations d argent représentant des branches de fleurs entrelacées.<br>Ce portrait est à rapprocher de celui peint par Joseph Ducreux en 1769 et conservé au château de Versailles.<br>Par ce portrait Joseph Ducreux, fit connaître le visage de la jeune archiduchesse Marie-Antoinette à la cour de Versailles et contribua, ainsi à son destin royal.<br><br>Voir en référence le livre « Marie-Antoinette, images d un destin » de Xavier Salmon, aux éditions Michel Lafon, p.21. Travail du XVIIIème siècle.<br>Miniature : H.: 3 cm - L. : 2, 5 cm.<br>Cadre : H. : 7 cm - L. : 6 cm.<br><br>
<br>N. LAVREINCE, 1785<br><br>
Marie Antoinette<br>
Miniature ronde peinte à la gouache<br>
Signée et datée<br>
Miniature : D : 12,7 cm<br>
Hors tout : D : 25,5 cm<br><br>

Provenance : <br> - Alexandre de Corbeau de Saint Albin (1773-1849)<br>
- Philippe de Corbeau de Saint Albin (1822-1879) lègue par testament le présent portrait et un portrait du premier Dauphin par Drouais à l Impératrice Eugénie qu il avait connu avant son mariage<br>
- Hortense de Corbeau de Saint Albin (1824-1885) épouse d Achille Jubinal s entend avec l Impératrice pour l envoi du présent legs en Angleterre<br>
- Impératrice Eugénie qui accepte le legs de Philippe de Saint Albin qu à la condition du retour aux héritiers Saint Albin à sa mort<br>
- Collection Amélie Jubinal, Madame Georges Duruy ( ...-1926)<br>
- Depuis dans sa descendance<br><br>

Expositions :<br>
- Les artistes suédois en France au XVIIIème siècle Château de Versailles, 15 Juin au 21 Juillet 1945, n° 128<br>
- Marie Antoinette, archiduchesse, Dauphine et Reine Château de Versailles, 16 Mai au 2 Novembre 1955, n°72<br>
- Célébrités françaises Galerie Charpentier, 76 Faubourg Saint Honoré, paris, n°120 <br><br>
 <br>PRINCESSE FUMANT LE HUQQA, SUR UNE TERRASSE DONNANT SUR UN JARDIN. AU REVERS, QUATRAIN POÉTIQUE CALLIGRAPHIÉ EN RÉSERVE SUR FOND OR EN ÉCRITURE NASTA'LIQ, INDE DU NORD, ART MOGHOL, XVIIIe SIÈCLE <br><br>Miniature encollée sur page d'album cartonnée aux marges mouchetées d'or et encadrement de rinceaux floraux dorés sur fond bleu. Sur une terrasse devant un jardin, une princesse fume le huqqa assise sur un tapis avec une compagne, pendant que deux musiciennes jouent de la musique face à elles; ciel nuageux. Page: 40,3 x 20,3 cm Miniature agrandie dans le ciel; petits éclats<br><br>
<br>Jeune homme à la lettre, Iran Safavide, fin XVIe siècle<br><br>Gouache montée sur page d'album à marges d'arbustes, animaux et monuments dorés sur fond vert. <br>Le jeune homme, vêtu d'une robe grenat sous un manteau bleu clair à motifs fleuris dorés et coiffé d'un turban, est agenouillé sur un fond bistre orné de nuages et d'arbustes dorés. Il tient un livre ouvert et une fleur dans les mains. <br><br>La Miniature est entourée d'un texte poétique persan d'Amir Khosrow Dehlavi (d.1325) disposé en biais en nastal'iq à l'encre noire. Signature dans le livre effacée: «dessiné par [….] (nom illisible)».Dim. page: 28 x 20,5 cm; dim. miniature: 13 x 5 cm.A youth with a letter, Iran Safavid, late 16th century<br><br>
Très rare suite de cinq miniatures l\ une signée Martin, 1801 (?) Elles présentent des portraits de femmes créoles dans des perspectives de paysages lacustres ou exotiques pour quatre d\ entre elles avec des variations de pigmentations de peaux. Au centre l\ une d\ entre elles de trois quart face est vêtue d\ une robe rose et tient un stylet. Les cadres en laiton doré fond de velours bleu Miniature D. pour les quatre : 7,5 et 6,2 cm Voir la reproduction Provenance : château de Beychevelle
<br>Louis Léopold BOILLY <br>(La Bassée 1761 - Paris 1845) <br><br>Portrait de l'acteur Chenard <br>dans le rôle du «Marchand de coco» <br>avec une enfant et un petit savoyard.<br> Huile sous verre, <br> miniature de forme ronde. <br>D.: 8 cm <br>Cadre en bois sculpté <br>et doré à motif de feuillages dans les coins <br>(22,3 x 22,3 cm) <br><br>Provenance: <br> Vente Martinengo, conseiller d'Etat de Bavière, Wurzbourg; Paris (Delbergue - Cormont) 20 mai - 21 mai 1859 n° 1 (sous le titre: le marchand de coco).<br><br> Oeuvres en rapport:<br> Portrait de l'acteur Chenard dans le rôle du «Marchand de coco «avec une enfant et un petit Savoyard (H. 383), n° 312/ 1; La Marche incroyable (H. 384), n° 312; La Marche incroyable (H. 1082) n° 3094; Lithographie de C. Motte (H. 1267) n) 61812; Portrait de Chenard dans le rôle du Déserteur (H. 689) n° 26. <br><br>Monsieur Pascal Zuber après examen de l'oeuvre <br>a bien voulu nous confirmer son authenticité,<br> nous assister dans la rédaction de cette fiche<br><br>
<br>La naissance de Rostam, fils de ZalIllustrant la naissance surnaturelle de Rostam. À l'intérieur d'un palais selon le conseil de sîmurgh, Roudabeh entourée par sa cour a été enivrée avec du vin pour délivrer son âme de toute crainte. Un sage perce le corps de Roudabeh sous les côtes sans qu'elle éprouve de douleur. Il en tire Rostam. Au revers texte portant un titre en lettre blanches sur fond doré «voyage de Sam à Kaboul pour voir Rustem.»<br><br>Dim. Miniature: 18 x 13,5 cm.<br><br>État: repeints sur l'ensemble, marges des côtés pliées<br>Pour le texte de cet épisode, lire J. Mohl, Le Livre des Rois, Paris, 1876; tome I, p 275. Une miniature représentant le même sujet est illustrée dans le catalogue de l'exposition, «A l'ombre d'Avicenne, la médecine au temps des califes», Institut du Monde Arabe, Paris, 18 novembre 96 - 2 mars 97. p.112.
<br>Maxime DAVID (1798-1870)<br><br>
TROIS PORTRAITS DE L\ ÉMIR ABD EL-KADER (VERS 1852)<br>
Miniatures ovales sur ivoire, <br>signées au milieu à gauche, dans un même encadrement. <br>Étiquette au dos : \" Inventaire Mesnard \".<br>
Ces portraits ont probablement été exécutés pendant la détention de l\ Émir au château d\ Amboise en 1852. <br>
Dim. de chaque miniatures : 7 x 5,5 cm <br>
Émir Abd el-Kader, 1808-1883<br><br>

Provenance :<br>
Collection Léonce Mesnard qui épousa en première noce Marie David, fille de Maxime David.<br><br>

Références : <br>
Trois portraits répertoriés de l\ Émir ont été exécutés par Maxime David durant sa détention au Château d\ Amboise (source : Château de Versailles et de Trianon) un portrait vu de profil, 14 x 11 cm, un portrait vu de face, 26,5 x 11 cm, un autre portrait vu de face, 21 x 15 cm. Ces trois portraits peints sur ivoire et signés de Maxime David seront exposés au Salon de 1853 ainsi qu\ à l\ Exposition universelle de 1855, aujourd\ hui conservés au musée national des Châteaux de Versailles et de Trianon.
Les nôtres sont une autre version, différente par la taille et la composition.
<br>Le sîmurgh indique à Rostam un moyen de salutIllustrant un épisode des aventures de Rostam. Après un combat avec Isfandiar, Rostam est blessé. «le sîmurgh regarda les blessures et chercha un moyen de les fermer. Il tire du corps de Rostam quatre pointes de flèches et suça avec son bec le sang de ses blessures». Miniature débordant sur les marges avec un ciel doré.<br><br> Dim. Miniature: 25,5 cm x 19 cm<br><br>État: Petite consolidations au dos de la miniature, petite déchirure, deux folios dont un texte. Pour le texte de cet épisode, lire J. Mohl, Le Livre des Rois, Paris, 1876; tome IV, p.535<br><br>